Visite au Fort de Loncin

Dans le cadre des commémorations du début de la première guerre mondiale (1914-1918), nos élèves du 1er degré (sites de Montegnée et de Grâce-Hollogne) se sont rendus au Fort de Loncin. Durant 2 heures, accompagnés d’un guide, ils se sont promenés sur le site du Fort. Ils ont découvert les pièces réservées aux soldats (chambres, cuisine, boucherie, boulangerie,…), ils ont vu une vidéo leur expliquant le maniement d’une canonnière, ils ont assisté à la reconstitution sonore de l’explosion du 15 août 1914, ils ont également aperçu le cratère sous lequel reposent 250 soldats tués lors de l’explosion du Fort.

En emmenant nos élèves au Fort de Loncin, nous voulions nous souvenir, ne pas oublier cet événement catastrophique au cours duquel des hommes ont donné leur vie pour préserver nos libertés, tirer les leçons du passé afin de construire un monde plus juste.

‘’Nous ne nous rendrons jamais…’’

Le Fort de Loncin est une des 12 places fortes composant la ceinture fortifiée de Liège. Il a été édifié en 1888, il est de forme triangulaire. Il occupait une place stratégique puisqu’il interdisait l’accès vers Bruxelles.

En août 1914, le Fort comptait 550 soldats répartis de la sorte : 350 artilleurs et 200 fantassins. Ces hommes étaient sous les ordres du commandant NAESSENS assisté par le lieutenant MODARD pour l’artillerie et par le lieutenant REMY pour l’infanterie. Le 04 août, lors de l’invasion allemande, les soldats font un serment à leur commandant :
‘’Nous ne nous rendrons jamais…’’.

Engagé dès le 07 août, le Fort de Loncin va subir pendant 8 jours une pluie d’obus. Pour en venir à bout, les Prussiens vont utiliser un armement de type nouveau, un obusier de 420 mm (la grosse Bertha) capable de tirer des obus de +/- 900 kg.

Des observateurs prussiens s’installent dans le clocher de l’église Sainte-Marie à Ans pour y faire le guet et guider le bombardement du Fort de Loncin. Des Ansois donnent l’alerte. Le 13 août, un tir, parti du Fort de Loncin, pulvérise le clocher de l’église Sainte-Marie.

Le 15 août 1914, un obus de 420 tombe sur la poudrière droite contenant 12 000 kg de poudre et provoque l’explosion du Fort entraînant la mort de 350 hommes.

Ces soldats reposent toujours dans les ruines du fort devenues leur tombeau.